Mesures de préservation
de la fertilité pour les
maladies graves et « gel social

Pour les personnes en âge de procréer souffrant de maladies graves (par exemple le cancer), la question de la planification familiale se pose. Peuvent-ils encore être parents ? Il est donc judicieux pour les patients de s’informer sur les mesures de conservation de la fertilité avant le traitement du cancer.
Dans les pages suivantes, nous décrivons les méthodes de préservation de la fertilité afin de pouvoir devenir parents même après une perte de la capacité de reproduction.

Veuillez également lire : www.fertiprotekt.de

Cryopréservation d’ovocytes fécondés ou non fécondés/vitrification

Il y a deux façons de congeler les ovules avant la chimiothérapie ou la radiothérapie :

  1. Les ovules fécondés sont congelés.

    Le traitement hormonal des ovaires précède ce processus. Les ovules mûris sont enlevés. Si la femme a un partenaire stable, les ovules sont fécondés avec son sperme par insémination artificielle (fécondation in vitro FIV/ICSI / injection intracytoplasmique de sperme). Un jour plus tard, les ovules fécondés sont congelés au stade pronucléaire. Elles peuvent ensuite être décongelées et cultivées en embryons et transférées dans l’utérus (transfert d’embryons).

  2. Les ovules non fécondés sont congelés.

    Si la femme concernée n’est pas dans un partenariat stable, les ovules sont congelés sans fécondation. Ici aussi, un traitement hormonal des ovocytes est nécessaire. La vitrification est utilisée, une nouvelle méthode de congélation douce. Lorsque la femme s’est rétablie de sa maladie et qu’elle a un partenaire, ses ovules peuvent également être fécondés avec le sperme du partenaire par FIV/ICSI.

Régulation négative avec les analogues/ antagonistes de la GnRH

Si un traitement susceptible d’endommager l’ovule est imminent, il est possible de le protéger. On administre ensuite des médicaments qui suppriment la production hormonale de l’organisme. L’ovule se repose ensuite pendant la chimiothérapie et est ainsi protégé des conséquences négatives. Des études soulignent que ces médicaments causent moins de dommages aux ovaires. Cependant, cela n’a pas été prouvé de manière concluante. L’efficacité de la chimiothérapie n’est pas affectée par le médicament. Ce n’est que dans le cas du cancer du sein hormono-induit qu’il n’y a pas encore de preuve claire de ce fait.

Cryopréservation et transplantation de tissu ovarien

Si la chimiothérapie est imminente, il est possible d’enlever un ovaire ou des parties d’un ovaire à l’avance pendant une laparoscopie. Le tissu ovarien peut être cryoconservé. A -196° Celsius, il peut être conservé pendant des années dans l’azote liquide.
Après la récupération, le tissu peut être replanté. Dans le cas idéal, il repousse et produit des hormones sexuelles féminines et des ovules. La grossesse est alors possible par des moyens naturels ou par insémination artificielle. Le succès de ce traitement ne peut pas encore être évalué avec certitude d’un point de vue statistique.
Le tissu ovarien est prélevé dans un centre d’oncologie-opératoire. La conservation et le stockage sont effectués par des centres spécialisés aux normes de qualité les plus élevées. Ceci est nécessaire pour assurer la viabilité du tissu ovarien. Les cliniques spécialisées en Allemagne sont les cliniques universitaires pour femmes de Bonn et d’Erlangen. La transplantation peut avoir lieu sur place ou au site de prélèvement

Cryopréservation des spermatozoïdes de l’éjaculat

La fertilité masculine peut être endommagée par la chimiothérapie ou la radiothérapie. La chirurgie peut également entraîner une baisse de la fertilité. Cependant, afin de pouvoir répondre à un désir ultérieur d’avoir des enfants, il existe la possibilité de cryoconservation du sperme. La congélation du sperme de l’éjaculat avant un traitement/opération garantit que la personne traitée sera capable d’avoir un enfant plus tard par insémination artificielle.

Congélation de spermatozoïdes provenant du tissu testiculaire (TESE – extraction de spermatozoïdes testiculaires)

Outre la conservation des spermatozoïdes fertiles de l’éjaculat, il existe la possibilité d’extraire les spermatozoïdes du tissu testiculaire. Cette méthode est utilisée lorsque l’éjaculat ne contient pas de spermatozoïdes ou lorsque l’éjaculation n’est pas possible. Dans l’extraction de spermatozoïdes testiculaires, des échantillons de tissu testiculaire sont prélevés chirurgicalement, congelés et stockés dans le cadre d’une procédure ambulatoire. Après décongélation, les spermatozoïdes peuvent être retirés de ce matériel, qui peut ensuite être utilisé pour l’insémination artificielle. Le succès de cette méthode dépend du nombre de spermatozoïdes fertiles présents dans le tissu testiculaire au moment de la congélation.